• info@jamonesjpd.com

  • +34 912 961 580

Deux Siècles d'Histoire

Vous êtes ici

 

 

“DOMECQ OBLIGE”

La famille Domecq procède de l’ancienne region française du Bearn, qui touchait à la Navarre et l'Aragon et qui forme actuellement le département du Bas Pyrénées.

Imagen Escudo Domecq

 

PEDRO DOMECQ LEMBEYE 1787-1839

Imagen de Pedro Domecq Lembeye

D. Pedro Domecq Lembeye est le premier Domecq qui vient à Espagne en 1816. En  1.822, il fonde la société "PEDRO DOMECQ". Pendant sa gestion, l'entreprise se situe en tête du commerce du vin de Xérès et atteint une stabilité solide financière.

En 1860 il achète le premier troupeau de cheval espagnol de la famille, provenant du  du fameux troupeau qu'ont eu les moines de la Chartreuse de Xérès.

Pedro Domecq a eu cinq filles qui, mariées en France, ils se sont complètement détachés des affaires de son père. Cette circonstance l'a emmené à prendre la décision de proposer à son frère Juan Pedro Domecq Lembeye de se faire collaborateur, avec une participation dans l'entreprise.

Le 12 octobre de 1.823, il a reçu la visite du roi Ferdinand VII, qui l’a nommé Gentilhomme de Chambre, un an plus tard, en le faisant son fournisseur et en lui accordant le privilège d'unir les Armes Réelles à la Couronne. Ça était la première fois qu'un roi visitait une entreprise de vins et, pour tel événement, on était tracé le beau jardin qui se trouve aujourd'hui en face de l'entrée de la cave.

 

JUAN PEDRO DOMECQ LEMBEYE 1796-1869

Foto Pedro Domecq Lembeye

Pendant sa gestion, en 1855 a eu lieu l'acquisition du beau palais située dans la Alameda du Marquis de Casa Domecq..

Juan Pedro reste célibataire mais il décide d'adopter, en 1866, Juan Pedro de Aladro, qui mourrait en 1914 sans descendance.

 

PEDRO DOMECQ LOUSTAU, createur du le premier Brandy español 1824-1894

PEDRO DOMECQ LOUSTAU

En 1869, Juan Pedro Domecq Lembeye est mort. Deux ans avant, il avait formé avec son neveu Pedro Domecq Loustau, qui travaillait avec lui dans l'entreprise, une société régulière commanditaire.

Pedro Domecq Loustau avait reçu la commande d'élaborer 500 comboyes d'une eau - de - vie de vin de qualité exceptionnelle, grâce à la distillation à un bas degré d'eau - de - vie, en employant le meilleur moût et le meilleur bois pour son paquet. Au bout de deux ans, il a obtenu une eau - de - vie de qualité maximale, mais le demandeur de commande si spéciale a confessé l'impossibilité de faire face au paiement de même. Face à cette difficile situation, Pedro Domecq résilie le contrat et il ordonne le rentrer à la cave, où il resterait stocké quelques années. Cette eau - de - vie de vin, élaboré avec la meilleure matière première, distillée avec les meilleures techniques et au contact avec un bois si excellent, se convertirait au bout de cinq ans en cognac le plus exquis, quand D. Pedro demande un échantillon pour le gouter. Ce liquide doré et d'un fort parfum c'était un brandy extraordinaire.

Cette découverte inusitée ouvre nombreuses portes à des nouveaux horizons de marchés. Pedro Domecq s'empresse d'importer des alambics et des machines anglaises et, quand il dispose déjà d'assez de réserves, lance une nouvelle marque, " FONDATEUR", qu'apparaît en 1874, et ce que le se convertit en le premier brandy produit et commercialisé en Espagne.

Pedro Domecq Loustau a été le premier de la saga familiale à se marier avec une femme espagnole, Carmen Núñez de Villavicencio qui lui a donné dix fils desquels ils ont vécu six et qui ont été les premiers Domecq espagnols et habitants de Xérès. Le créateur de Fondateur est décédé le 1894.

Le roi Alphonse XIII, en 1920 a accordé avec sa veuve Mme. Carmen Nuñez de Villavicencio, comme reconnaissance au travail de son mari, le titre de Marquise de Domecq D'Usquain.

Dans la direction de l'entreprise, ils ont succédé à Pedro Domecq Loustau ses enfants : Pedro, Marquis de Domecq, qui dirige l'entreprise jusqu'à 1.921, assisté par ses frères, Juan Pedro, José et Manuel. Ils ont vécu l'embate terrible du phylloxéra qui a dévasté les vignobles des habitants de Xérès à la fin du siècle passé. Durant cette période se produisent les visites du roi Alphonse XIII en 1.904 et 1.915, la deuxième accompagné par son épouse, la reine Victoria Eugenia.

 

JUAN PEDRO DOMECQ NUÑEZ DE VILLAVICENCIO 1881-1937

JUAN PEDRO DOMECQ NUÑEZ DE VILLAVICENCIO

Avec son grand frère, Pedro, Marquis de Domecq, à la tête, les frères Domecq Nuñez de Villavicencio continuent la gestion de la cave en années 20.

Commence la grande essor familiale : l’élevage. Les petits - fils de D. Pedro Domecq Lembeye, et spécialement le Marquis de Domecq, se sont consacrés dès son enfance à l'élevage du bétail chevalin, tant une race pure espagnole - chartreuse, comme à une  race Arabe - andalouse. Ils ont réussi à créer un type de cheval caractéristique, avec une noblesse singulière et une pureté inégalable de lignes.

La base du succès obtenu avec le troupeau se doit à la pureté de race puisqu’ ils ont toujours préféré  par amour à l'animal et de ses bonnes caractéristiques  que par le lucre. Les Domecq ne cherchaient pas l'animal le plus facile de vendre, si non le meilleur.

En plus du troupeau chevalin, Juan Pedro, un grand amateur des taureaux, achète en 1930 le troupeau mythique de Veragua qu'il augmente avec deux lots d'eralas et quatre étalons du Comte de la Cour.

Le premier Juan Pedro Domecq de la saga taurine, a réalisé son début comme éleveur dans une course de jeunes taureaux à Cadix le dimanche de Pâque de Resurección de 1931 - le 5 avril-, étant annoncé pour la première fois à Madrid, dans la course de taureaux inaugurale de la place de Taureaux des Ventes le 17 juin 1931. C'était le taureau Potager, qui a ouvert une place par antiquité et a été combattu par le matador " Fortuna".

 

JUAN PEDRO DOMECQ Y DIEZ, createur du encaste Domecq 1913-1975

Juan Pedro Domecq y Diez

Fils de l’antérieur dirige la cave avec ses cousins Pedro Domecq Rivero, Pedro Domecq González et Pedroi Soto Domecq, pendant les années 30. Dans cette période, l'entreprise initie le deuxième processus d'expansion, cette fois en visant vers l'exportation.

Juan Pedro Domecq y Diéz consolide le succès du troupeau hérité de son père, se faisant charge en 1937 dans son propre nom et dans ceux des ses frères, Pedro, le Salvador et Alvaro, en luttant sous le fer de la V, avec le nom les Enfants de don Juan Pedro Domecq.

Pedro, Salvador et Álvaro tout de suite formeraient ses propres troupeaux de bovins, en prenant comme point de point de départ le sang originaire.

Nous devons remercier à Juan Pedro Domecq y Díez  la création de sa propre variété en adaptant le taureau à son époque et à son interprétation personnelle de la tauromachie. Pour cela il s’est basé sur une nouvelle définition de la bravoure, celle qui a appelé bravoure intégrale, et qu' a défini comme la capacité du taureau de lutter jusqu'à sa mort.

JUAN PEDRO DOMECQ SOLÍS 1942-2011

Un éleveur de toros braves et un entrepreneur a été l'un des personnages plus inquiets, créateurs et influents du panorama taurin international. Depuis qu'il s’est fait charge d'une partie du troupeau de son père en 1978, son activité professionnelle s'est développée, fondamentalement, dans trois aspects distincts et complémentaires : l'activité d'élevage, l'activité publique professionnelle et l'activité patronale privée qu'a initié à la cave familiale puis a continué en autres domaines.

Par rapport à son activité comme éleveur, Juan Pedro Domecq a consolidé sous le fer de Veragua, le troupeau que son grand-père commença, Juan Pedro Domecq Núñez de Villavicencio et, surtout, son père, Juan Pedro Domecq Díez, dans la recherche d'un animal brave, "capable de combattre jusqu'à la mort".

En plus de fixer quelques caractéristiques du taureau de juampedro, comme éleveur, a investi de longues années de travail et de recherche, dans une convention avec la Faculté de Vétérinaire de l'Université D'Alcalá de Henares de Madrid, pour développer un programme informatique, unique dans le monde, un tuteur de la sélection génétique du troupeau.

Ce contrôle extraordinaire dans la sélection lui a permis de se convertir en sources de nouveaux troupeaux qui cherchent dans les juampedro un apport de classe et de transmission.

Un innovateur aussi dans le maniement du taureau, à la recherche d'un taureau un athlète, a été le premier qu'a installé sur les champs les pistes qui permettaient au taureau de faire un exercice sur un champ ouvert pour augmenter sa résistance et pour éviter des chutes.

Sa facette d'homme public, de professionnel impliqué dans la politique de la Fête, l'a porté à trois domaines d'action.

Comme président de l'Union d'Éleveurs de Taureaux de Lidia pendant dix ans, entre 1.984 et 1.994 il a poussé un changement fondamental de cette organisation presque centenaire, leader absolue du secteur, qui a été structuré comme une entreprise professionnelle et efficiente dans ses aspects organisationnels, administratifs, vétérinaires et juridiques. Un fruit de cette activité a été, entre les autres, l'accord avec le Ministère d'Agriculture pour le créer un Livre Généalogique de la Race Bovine de Lidia.

Comme membre de l'Équipe de direction de la Confédération d'Association Professionnelle Taurine, il a poussé entre 1.995 et 1.996 l'étude de systèmes de modernisation de la structure de 

de la Fête comme la rédaction du livre blanc et la proposition d'un système d'association publique - privée pour la coresponsabilité des professionnels dans la définition et le contrôle des spectacles. Il a activement aussi participé aux accords avec les Communautés autonomes pour la création de tables bilatérales qui apportaient des solutions aux problèmes de de la Fête
 Comme un personnage public a aussi porté sa capacité d'organisation et influence à mettre en place les congrès mondiaux d'éleveurs de têtes de toros braves. Il fut le premier vice-président célébré au Mexique en octobre de 1.993, et un rapporteur dans tous les célébrés jusqu'à présent.

Un enquêteur infatigable, l'éleveur a développé des systèmes d'élevage, un assainissement, une alimentation et a manié très personnels, dans la recherche de l'animal de ses sommeils. Des systèmes que Juan Pedro Domecq appliquerait aussi dans la création de son deuxième troupeau, celui de cochons 100 % ibériques de race lampiña, l’origine des jambons. Comme ses taureaux, sous le fer de la V et avec les couleurs de la devise, incarnée et blanche, ils se lancent au marché en 2000, les jambons Juan Pedro Domecq.

 

JUAN PEDRO DOMECQ MORENÉS 1968

Hérite de son père l’amour à élevage, Juan Pedro Domecq Morenés se fait charge du troupeau avec son même nom en 2011, à la mort de son père. Déjà depuis... Juan Pedro se faisant charge du troupeau de Parladé.

De la même manière, près de ses sœurs, Teresa et Isabel, les trois frères Juan Pedro Domecq continuent la tradition de son troupeau de cochon 100 % ibériques d'un gland, guidés par les directrices de son père : "à la recherche de l'excellence".

Avec son fer de la V et sa devise incarnée et blanche, les "Juampedros" continuent de paître actuellement dans la propriété "Lo Alvaro", dans la localité sévillane du Casteillo de las Guardas, près des cochons 100 % ibériques de Juan Pedro Domecq.